jeudi, janvier 18, 2007

Je vous aime très fort





créatives patiences
2007
bises fragrances
les courbes à la craie
sur le sol des récréations
baignées de l'eau des pluies
rient léger tissé couleurs éveil

Magali Mauras

Photographie de Magali Mauras Call mountain kid


samedi, septembre 16, 2006

têtes nues chapeaux de vent


A l'équilibre
de vos dons
femme
clown
échassier
la lumière s'emploie

Magali Mauras

Photographie de Magali Mauras : papier de soi


dimanche, septembre 10, 2006

joie Philippe Jaccottet




Tu es assis
devant le métier haut dressé de cette harpe.


Même invisible, je t'ai reconnu,
tisserand des ruisseaux surnaturels.

PHILIPPE JACCOTTET

À LA LUMIÈRE D'HIVER précédé de LEÇONS et de CHANTS D'EN BAS suivi de PENSÉES SOUS LES
NUAGES [1994] , Collection Poésie/Gallimard (No 277), Gallimard -poes. ISBN 2070328228.

Photographie d'une peinture de YVES MAURAS : Harpaysage. (détail, collection particulière)

Quand je lis Jaccottet, je suis une enfant à la syntaxe simple qui, toute petite aux mains minuscules d'autant, entre dans un écheveau, discrète, à l'insu du tisserand parti fumer sa cigarette sur le pas frais de la porte. Ici, la syntaxe de Jaccottet me mène de matières en lumières, d'éléments en sensations, et vivantes palpitations pour inscrire les mots lus dans le réel... Y revenir encore à la moindre escapade du tisserand!

Zazieweb présente ce recueil de Philippe Jaccottet :
http://www.zazieweb.fr/site/fichelivre.php?num=12313

Deux sites présentent le poète l'un en anglais l'autre en français :
http://en.wikipedia.org/wiki/Philippe_Jaccottet
http://jaccottet.free.fr/bibliojaccottet.htm#bio

samedi, septembre 02, 2006

objet plié dans le passé



Les paroles économes

et les gestes aussi

Les objets rares

et les nappes usées

le peuple des détails

posait l'ondoiement

sur

vos fantaisies

Qu'advint-il

de leurs éclats soudain

nous ne naquîmes pas

encore

MAGALI MAURAS

Photographie de Magali Mauras : été 1952

vendredi, août 25, 2006

Fouad El-Etr



















DE CE MUR

De ce mur
Elle est repartie avec l'éclair
L'ombre de l'amoureuse

FOUAD EL-ETR

Arraché à la nuit, LA DELIRANTE, Paris, 1987,
ISBN : 2 85745 003 6

Photographie de Magali Mauras : murmure lumière

Fouad El-Etr a un nom magnifique.
Lire sa poésie suspend le souffle un instant, au plus intime, lire sa poésie est une rencontre amoureuse.
La première fois que j'ai lu un poème de Fouad El-Etr, la poussée brusque dans mon coeur ressembla comme une soeur à celle qui m'habita quand je vis pour la première fois les toiles peintes de l'homme que j'aimais jadis, aucun mot ne s'est dit, alors...
Fouad El-Etr est le fondateur de cette maison d'édition LA DELIRANTE, dont je vous ai déjà touché mot... Encore une invitation de ma part à lire des recueils de cette maison. C'est un "bis!" que voici, la lecture n'est jamais la même :
http://www.zazieweb.fr/site/editeur/pageediteurinfo.php?num=535&PHPSESSID=e336797436222770f4e9166ecef2b6ec

LA DELIRANTE
112, rue Rambuteau 75001 Paris
tél 01 45 08 86 65 fax 01 55 42 12 67
patrick.genevaz@laposte.net

Matsuo BASHO, Jose BERGAMIN, Jorge Luis BORGES, Yosa BUSON, Luis DE CAMOËNS, Guido CAVALCANTI, Soeur JUANA INES DE LA CRUZ Poèmes d'amour et de discrétion, DANTE, Ruben DARIO, Eurydice EL-ETR, J.W. GOETHE, Luis DE GONGORA, Henri HEINE, Ernst JÜNGER, Frédéric MAGNE, Koumiko MURAOKA, Octavio PAZ, Francisco DE QUEVEDO, R.M. RILKE, SAPPHO, Friedrich SCHILLER, Percy Byssie SHELLEY, Paul LE SILENTIAIRE, J.M. SYNGE, Michel TAMISIER, Georg TRAKL, Giuseppe UNGARETTI, W.B. YEATS sont les auteurs de la maison, les hôtes...
J'ai apprécié les éditions bilingues.

dimanche, août 20, 2006

Mind Yeats























THE BALLOON OF THE MIND

Hands, do what you're bid :
Bring the balloon of the mind
That bellies and drags in the wind
Into its narrow shed.

W.B. YEATS

LE BALLON DE L'ESPRIT

Mains, faites ce qu'on vous dit :
Amenez le ballon de l'esprit
Qui gonfle et prend le large
Dans son étroite remise.

W.B. YEATS

Poème traduit de l'anglais par FOUAD EL-ETR

Dix-sept poèmes
LA DELIRANTE, 1991, Paris
http://www.fnac.com/Shelf/article.asp?PRID=74762&Mn=14&Origin=fnac_google&Ra=-1&To=0&Nu=7&Fr=3

Photographie de Magali Mauras : psychée

Voici une biographie de Yeats en anglais :

http://www.poets.org/poet.php/prmPID/117

Et je vous invite à découvrir d'autres recueils de la maison d'édition LA DELIRANTE, ce sont des livres, chaque fois, magnifiques.
http://www.zazieweb.fr/site/editeur/pageediteurinfo.php?num=535&PHPSESSID=e336797436222770f4e9166ecef2b6ec

jeudi, août 10, 2006

lapoesiequejaime, un mot, fleurit en mille autres



votre peinture

me toucha

la poésie que j'aime

la poésie que j'aime

au premier

la poésie que j'aime

la poésie que j'aime

mouvement

la poésie que j'aime

je fus étonnée

que vous fussiez

vivant

nous nous

rencontrâmes

la poésie que j'aime

Magali Mauras

Photographie de Magali Mauras : jeunes gens si près

Voilà les fleurs à lire, oui, rencontres, âmes, les fleurs aiment cette vie, surgie, ou, couleurs de patiences :

http://lapoesiequejaime.net/

Voyez ici un site magnifique de peinture, de poésie, de contes du Québec. Une entrée par auteurs s'ouvre à vous également, moult poèmes, à notre belle joie! Ils sont accompagnés de fiches de présentation de qualité. Vous retrouverez dans cette rubrique les poètes d'hier, et les poètes d'aujourd'hui.

Emotions particulières : vous trouverez des poèmes de Louise Michel, admirable femme libertaire. Ils sont accompagnés d'une biographie. Et, un poème de Victor Hugo d'une vérité bouleversante, pour Louise Michel.

http://lapoesiequejaime.net/louise_michel.htm

"On ne vit qu'une fois", Sergueï Essenine!



Là où le jour nouveau asperge

D'eau rougeâtre les plants de choux,

Un tout petit érable tète

Le pis maternel, vert et doux.

1910

Sergueï Essenine

L'Homme noir

Circé, poésie, 2005 ISBN : 2-84242-183-3

Photographie de Magali Mauras : la courbe des seins, le poème n'ont que faire d'un papier déchiré

J’ai rencontré la poésie de Essenine par la voix d’Anna Prucnal : « On ne vit qu’une fois, une seule ». Quand Anna chante ses vers d’Alexandre Blok :
« Il écrivait comme on se sort d’un piège
Faute au soleil, faute aux tourments
Mais comme il prenait pour papier la neige
Ses idées fondaient au printemps
»,
c’est Sergueï Essenine que je dessine ici, dans ma lecture intime, et je l’aime de ces mots :
« Pour Dieu apprenez-moi
N’importe quoi, je le ferai
Pour chanter dans un jardin humain
. »

Sur le site LeLibraire.com voici un article de Richard Blin à propos de la poétique de Sergueï Essenine « l'image organique ", enracinée dans le sol russe » et de la vie passionnelle et déchirée du poète. Cet article a paru dans Le Matricule des Anges N. 65 de novembre-décembre 2005.

http://www.lelibraire.com/din/tit.php?Id=22044

http://www.lmda.net/

Le site du Printemps des poètes présente L’Homme noir :

http://www.printempsdespoetes.com/le_livre/index.php?http://www.printempsdespoetes.com/le_livre/moteur.php?fiche_paru&cle=1008

Le site La différence présente Essenine :
http://www.ladifference.fr/fiches/auteurs/essenine.html



chat